MENU

Champs brûlés

209
0

Avec Champs brûlés, Agathe Naito invite fictivement le public à faire quelques pas sur un champ de fleurs brûlées représenté par des plaques de grès sur lesquels il ne reste plus que la trace de graines de fleurs sauvages consumées par le feu. Le minéral s’est imposé. Cette promenade nous rappelle l’appauvrissement de certains sols surexploités. Noir profond, brûlé non par le soleil, mais par l’activité humaine, ou coloré, quel chemin souhaitons-nous emprunter ?

La composition se prolonge avec Ornières, inspirée par les débris de terre laissés par les véhicules agricoles sur la chaussée. C’est comme si Agathe Naito avait dessiné sur le sol avec des déchets et objets modelés (parties de corps, outils, etc.) en porcelaine. Le regard se perd dans ce désordre soigneusement orchestré. Les mots surgissent : rupture, réorganisation, création, cosmologie, convoquer, ouvrir, imaginer…