PEKO PEKO et autres chroniques sur la faim

Autour du thème du repas, j’ai souhaité explorer les limites entre l’objet céramique fonctionnel et expressif. Le repas octroie un rôle fondamental à la céramique depuis des millénaires, celui de contenir nos aliments, et se constitue comme un rituel quotidien prétexte aux rassemblements. L’heure du repas représente une trêve : se nourrir non seulement de denrées, mais également de conversations, de regards, de réflexions dans une perspective de renouvellement. Du contenant au contenu un glissement s’opère et nous autorise à transgresser la réalité quotidienne par le biais de notre imaginaire.

C’est à partir de cette définition du repas que j’ai réalisé une installation réunissant des assiettes fonctionnelles et non-fonctionnelles (contenants) et des objets expressifs figuratifs et abstraits (contenus). Certains objets expressifs font concrètement partie de certaines assiettes tandis que d’autres s’en détachent pour devenir des pièces sculpturales à part entière. Ces objets sont issus aussi bien de mon quotidien que du folklore suisse et japonais auquel je suis sensible en raison de mes origines.

Il s’agit d’une invitation à un repas dont le menu serait composé entre autres d’une assiette dont la forme se déclinerait comme une conversation, des rapports de textures, des couleurs, d’une assiette d’où une vache tenterait de se dégager, d’une assiette d’où un poisson émergerait… Un repas dont le but ne serait pas de dénoncer notre quotidien à travers l’un de nos rituels les plus codifiés, mais plutôt d’en faire l’éloge.

Ce projet m’a permis de me confronter à des questions d’ordre technique et esthétique ainsi que de m’interroger sur ma propre démarche artistique. L’installation se compose comme une ode à l’appétit – l’envie de manger, l’envie de créer, de partager, de vivre – et dont l’assouvissement se déroule dans un temps qui nous est inconnu.


Around the theme of the meal, I wanted to explore the limits between functional and expressive ceramic objects. For thousands of years, meals have bestowed a fundamental role to ceramics, since it has been used to contain our food, furthermore, eating is a daily ritual that represents an opportunity for gatherings. Mealtime represents a truce : to feed not only on food, but also on conversations, glances, reflections in a perspective of renewal. From the container to the content, a shift takes place and allows us to transgress daily reality through our imagination.

It is from this definition of the meal that I created an installation that brings together functional and non-functional plates (containers) and expressive figurative and abstract objects (contents). Some expressive objects are concretely part of certain plates while others set themselves apart to become fully-fledged sculptural pieces. These objects come from my everyday life as well as from Swiss and Japanese folklore to which I am sensitive owing to my origins.

It is an invitation to a meal whose menu would consist, among other things, of a plate whose shape would be declined like a conversation, texture correlation, colours, a plate from which a cow would try to free itself, a plate from which a fish would emerge… A meal whose purpose would not be to decry our daily life through one of our most codified rituals, but rather to praise it.

This project has given me the chance to address technical and aesthetic issues as well as to question my own artistic approach. The installation is composed like an ode to appetite  the desire to eat, to create, to share, to live  and whose satiation takes place in a time that is unknown to us.

Centre Doret – Vevey

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!